Domptez le Fauve !

Indépendant et partout chez lui, il fait sa loi. Partout à l’aise, il s’approprie l’espace en maître des lieux. Bitume ou chemins de terre, il fait sa loi. Il progresse en silence, effleure le sol, file, dans un confort libéré de toute vibration. Sans effort, il bondit, il file … ou bien il s’autorise à flâner. Sous-bois ou jungle urbaine, quand c’est étroit ou momentanément bouché, il se faufile avec délice…. Rien ne l’arrête.

Le Fauve est un bel animal.

Son profil racé masque sa vivacité et son caractère musclé sous un abord tranquillement décontracté. Robe chromée et émaillée, corps ramassé et roues libres de tout garde-boue, il est l’essentiel du vélo. Un cadre, deux roues, une transmission, un guidon et une selle. Une ode à la liberté pour celui qui le dompte, un moyen magique de se rendre partout comme le cœur le suggère. L’âme du Fauve se concentre en quelques pièces essentielles.

Oui, mais pas n’importe lesquelles…

Le cadre est tout d’acier contemporain, réconciliation longtemps attendue des qualités éternelles de ce matériau (solidité, durabilité, confort) et de la technologie moderne des alliages et de leur mise en oeuvre, avec des épaisseurs variables, pour gagner en légèreté et situer la rigidité là où elle doit être. Et pas ailleurs.

Il est surtout sur-mesure, par construction adapté à votre morphologie et à votre pratique. Sans oublier à vos goûts : choisissez la couleur de sa robe, habillez-le en plus des atours de votre choix (cuir, tissus…). Relativement court, ramassé et dynamique, ce cadre apporte vivacité dans les changements d’allure (on y prend très vite goût) comme dans les changements de direction.

Il se faufile, vous dis-je !

Les roues sont belles et de noble matière. Les jantes présentent la couleur entre miel et fauve du bois de hêtre, lamellé, collé et cintré. Une splendeur renforcée d’une âme carbone pour produire l’étonnante alchimie d’une roue dynamique au confort insoupçonné. Les pneus, rebondis comme il faut, complètent l’efficacité du train roulant. Silence, velouté du toucher, sensation de glisser sans retenue… mais en totale maîtrise, deux freins à disque vous stoppent d’une simple pression.

Contrôle total.

La transmission marque également par son apparente simplicité. Celle qui consiste à toujours vous apporter le bon développement, de façon intuitive. Onze vitesses dissimulées dans le moyeu arrière, pas de dérailleur ni de chaîne qui craque au changement de vitesse, pas de risque de dérailler. La courroie ici est toujours parfaitement tendue entre le pédalier et la roue arrière, ajoutant à l’efficacité la beauté de son dessin, pur et simple.

 

Pour changer de rapport ? Ici se situe un autre raffinement. Le beau cintre gainé de cuir comprend deux petits boutons chromés qui actionnent de façon électronique le passage d’une vitesse à une autre. Une simple et douce pression et l’opération a lieu. Vous anticipez une variation de rythme, une légère action du doigt et le changement intervient. Le Fauve vous obéit au doigt et à l’œil.

 

Le Fauve cultive l’autonomie et la polyvalence. Animal de compagnie dans les beaux quartiers, il peut aussi se lâcher quand vient l’envie de s’échapper de la ville. Il cultive l’indépendance et semble être détaché de tout. Mais comme tous les fauves, il vient parfois quémander sa part d’affection.

Il ne tient qu’à vous de le dompter.

 

Venez découvrir le Fauve chez Maison Tamboite Paris, au 20 rue Saint Nicolas.

 

 

 

 

 

PS : Léon Leynaud, le fondateur des Cycles Tamboite au tout début du 20ème siècle, était aussi l’ami des peintres. Une rencontre marquante fut pour lui Maurice de Vlaminck, quand celui-ci allait chercher paysage et inspiration en dehors de Paris.

Un esprit d’indépendance qui caractérisa fortement le mouvement pictural dont il se revendiqua : le Fauvisme

Le Fauve by Maison Tamboite Paris

partager sur


retour aux articles